Contactez-nous

La Simplesse

114 rue de la Tour d'Auvergne

37000 TOURS
Nicolas Gaignard (président) : 06.40.96.01.97
Adeline de Preissac (directrice artistique) : 06 10 36 82 22
Christine Lévy (attaché de presse) : cltours@free.fr

Suivez-nous

  • Facebook - Grey Circle

© 2019 par OMB. Créé avec Wix.com

LES ARTISTES

2019

    Adeline de Preissac étudie la harpe au conservatoire de Rueil-Malmaison avec Gérard Devos, où elle obtient un premier prix à l’unanimité avec félicitations puis elle entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Marie-Claire Jamet et y obtient un premier prix.

    Elle poursuit sa formation à la Musikhochschule de Zurich dans la classe de Catherine Michel ; le diplôme de concert lui sera décerné.

     Dès lors Adeline de Preissac commence une carrière de soliste, avec orchestre, mais aussi en musique de chambre. De 2001 à 2005 elle est membre de l’ensemble « Carpe Diem » et se produira dans de nombreux festivals (prom’s à Londres, festival bayer en Allemagne, festival d’Auvers sur oise,…).Elle joue en soliste avec l’orchestre de la Camerata de Versailles, de la côte saint-André, le quatuor rosamonde (aux Moments Musicaux de Touraine) et en tant que harpe solo au sein des grands orchestres nationaux  ( capitole de Toulouse, opéra de Paris, l’orchestre révolutionnaire et romantique,  Pays de Loire) sous la direction de James Conlon, Sir J.E.Gardinner, Alain lombard, Tugan Sokiev...

    En 2003 Adeline de Preissac est reçue au certificat d’aptitude à l’enseignement dans les conservatoires. Elle est professeur de harpe au conservatoire de Tours.

    Elle est directrice artistique du festival « 37° à l’ombre » et « la musique au temps des rois » au château d’Amboise…

    En 2013 et 2014 elle organise et participe à « l’essentiel de Scarlatti » au musée des Beaux-arts de Tours, proposant master classes et récitals avec Pierre Hantai et Violaine Cochard.

Adeline de Preissac

     Elève d’Etienne Péclard au Conservatoire de Bordeaux, Olivier-Marc Becker (violoncelle) se forme ensuite auprès d’Yvan Chiffoleau au Conservatoire National Supérieur de Lyon. Durant sa formation, il bénéficie des conseils éclairés de musiciens de renom tels que Marcio Carneiro, Roland Pidoux ou encore Martin Löhr.

    Il s’est régulièrement produit en musique de chambre au sein du Trio Consuelo qu’il fonde en 2005 ou de l’Ensemble Instrumental et vocal Lachrymæ.
    Il collabore de plus auprès de grands ensembles tels que l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre Symphonique de Bretagne, ou encore l’Orchestre Symphonique Tours Région Centre-Val de Loire.
    Olivier-Marc Becker est titulaire du Certificat d’Aptitude à l’enseignement du violoncelle depuis 2009 et enseigne son instrument dans la ville de Vendôme.

Olivier-Marc Becker

    Dominique Bellanger cultive deux passions.

    Musicien à l’orchestre national des Pays de Loire depuis 30 ans, il s’adonne parallèlement  à la peinture depuis son entrée à l’orchestre.  

    Baigné tout jeune dans la peinture d’artistes de son village des bords de Loire son regard d’enfant intéressé s’est  transformé lentement en créateur autodidacte.

    « Par des espaces structurés et des chromatismes sensibles je tente de retranscrire des émotions, des sentiments empreints de Poésie et de chaleur humaine ;dans mes toiles nous sommes dans le souvenir le rêve et la joie . 

    Messager des émotions et des sentiments ,ma peinture porte sur des moments du quotidien, sur des instants d’intimité avec un regard plein de compréhension et d’humanité.  Ensuite à chacun de s’approprier la toile et de faire parler sa propre sensibilité du moment. »

    Depuis 2017 Dominique Bellanger travaille en collaboration avec la galerie Viviane Henwood.

A Cholet (49).

Dominique Bellanger

    Chorégraphe, danseuse Delphine débute sa formation par la danse classique au CNR de Rouen en 1988. Parallèlement, elle pratique la danse africaine et étudie le piano. Elle poursuit sa formation au CNSM de Lyon en danse contemporaine. C'est avec le poppin boogaloo que Delphine découvre la street dance en 1997.
    Elle mène une carrière d'interprète depuis 1994 au côté des chorégraphes, Montalvo-Hervieu, Nacera Belaza, Abou Lagraa, Georges Momboye, Sarah Crépin, et le metteur en scène, Ricardo Lopez Munoz. Elle est assistante chorégraphe auprès de José Montalvo pour les Surprises de Mnémosyne, Lalala Gershwin, Don Quichotte du Trocadéro, Asa Nisi Maza et auprès d'Abou Lagraa pour Passage.
    Par ailleurs, elle enrichit sa formation en composition et improvisation auprès de Thomas Mac Manus (William Forsythe), Uhio Amagatsu (Sankaï Juku), Julyen Hamilton, Saburo Teshigawara, Emio Greco, Serge Ricci... et dans la culture hip hop avec les pionniers, Poppin Pete, Skeeter Rabbit, Poppin Hugo et Walid Boumhani.
    Forte de son expérience d'interprète et d'assistante chorégraphe, en 2007, Delphine fonde sa compagnie Point Zéro, à Rouen.
    Elle créée L'impermanence, Air pose, 4sounds et Mai. Elle travaille actuellement sur sa prochaine création jeune public Line.
    Delphine travaille aussi sur des projets ambivalents et hybrides. D'autres pièces voient le jour en collaboration avec des compositeurs (Alastair Bannerman, Laurent Dehors, Serge Adam et DJ Suspect) ; le plasticien Laurent Bolognini, le scénographe Julien Peissel et la vidéaste Corine Dardé. Son lien à la musique l'amène à travailler aussi comme interprète, ou performeuse, avec les compositeurs, Claude Barthélémy, Nicolas Freeze, William Christie, et l'Orchestre National de Lyon.
    Pour ajouter une corde à son arc, Delphine passe le diplôme d'état de professeur de danse et l'obtient en 1994. Elle enseigne régulièrement auprès de groupes amateurs et professionnels au sein des conservatoires, IUFM, associations...
Son enseignement se situe dans le prolongement des expériences menées avec la compagnie Point Zéro et des différentes techniques corporelles qui ont nourri son écriture.
    Depuis peu, et pour encore dépasser ses acquis, Delphine Caron développe des projets d'envergure avec des danseurs amateurs, en lien avec des territoires, ou pour des événements spécifiques (institutionnels, prévis, etc.).
Elle chorégraphie notamment une partie du Défilé de la Biennale de la Danse de Lyon 2014 en partenariat avec le théâtre de Bourg en Bresse et l'Addim de l'Ain, et créée la chorégraphie de la Commémoration du 70 ème anniversaire du Débarquement de Normandie du 6 Juin 1944 avec 380 amateurs et 10 danseurs professionnels.
 

Delphine Caron

    Mégane Desesquelle est une jeune artiste équestre de 23 ans, passionnée depuis toujours par les chevaux. Elle commence l'équitation à l'âge de 3 ans, et c'est à 11 ans qu'elle rencontre Niño, son premier cheval. Les années passent, Mégane se penche sur le spectacle au détour de plusieurs troupes dont elle a fait parti. C'est ainsi qu'elle découvre la voltige de cirque, les jeux médiévaux, etc ... et fait ses premières expériences de scène et de public.

    Avec l'envie de créer des numéros qui lui permettront de transmettre ses émotions sur scène, Mégane se lance alors en autodidacte dans le dressage de Niño. Un an après, en 2013, elle acquiert Valentino, jeune poney Welsh A, puis Manolo, poulain Pure Race Espagnole. C'est avec ses trois compagnons que Mégane se produit à ses débuts, au fil de divers numéros authentiques et originaux.

    En 2015, elle intègre le Haras national de Pompadour pour les mois d'Avril et Mai, puis elle est retenue comme finaliste lors du festival Equestria à Tarbes, et remporte deux trophées à Ussel sous le chapiteau du cirque La Piste d'or.

    En 2016, elle participe à nouveau au festival Equestria. Le numéro Mary Poppins sera reçu par le public avec engouement, et se voit attribuer une 2ème place sur le podium de la piste ouverte.

     Et c'est en Mars 2017 qu'elle devient professionnelle en intégrant le Haras National de Cluny pour une résidence artistique de deux ans avec ses trois chevaux. C'est alors que Tango, jeune cheval isabelle tout droit venu d'Andalousie, l'a rejoint afin de compléter son équipe.

    Sa résidence terminée, Mégane et ses compagnons de route s'installent alors à Esves le Moutier, petit village de l'Indre et Loire, afin de poursuivre leurs projets.

Mégane Désesquelle

    Ronan Nédélec étudie le chant au CNSM de Paris dans les classes de Rachel Yakar et Peggy Bouveret et obtient son diplôme en 2000. Il se perfectionne auprès de Ruben Lifschitz pour le Lied et la mélodie.
    Il se produit alors rapidement sur scène, notamment dans Samson (Haendel) au Festival d’Ambronay, puis dans des œuvres telles que Don Giovanni, Die Zauberflöte, Carmen, Les Brigands , Werther, Faust, Madame Butterfly, La Bohême ou L’Enfant et les Sortilèges dans les opéras de Tours, Rennes, Lille, Montpellier, Caen, Limoges, l’Opéra-Comique et le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Festival Radio-France…
    Il est invité dans de nombreux festivals en France et à l’étranger, et compte plusieurs enregistrements. En 2002, il est le Garde-chasse (La Petite Renarde Rusée ) au Festival d’Aix-en-Provence, où il est de nouveau convié, ainsi qu’à Luxembourg et Vienne, pour Les Tréteaux de Maître Pierre (Falla) et Renard (Stravinsky) avec Pierre Boulez et Klaus Michael Grüber.
Il crée ensuite le rôle-titre du Luthier de Venise de Gualtiero Dazzi au Théâtre du Châtelet et chante Zurga (Les Pêcheurs de Perles) à Tours. Il se produit dans Otello à Reims, Neues vom Tage (Hindemith) à Dijon, Le Téléphone/Amelia al ballo (Menotti), Dialogues des Carmélites, Tosca, Fidelio et Faust à Tours. Il fait ses débuts à la Scala de Milan dans Roméo et Juliette avec Yannick Nézet-Séguin et Bartlett Sher.
    On peut l’entendre sur scène et en concert dans un très vaste répertoire sous la direction de chefs renommés comme John Nelson, Jean-Claude Casadesus, Alain Altinoglu, Jean-Yves Ossonce, Mikko Franck, Susanna Mälkki, Ton Koopman, Hervé Niquet, Gérard Lesne, Reinhard Goebel, Christopher Hogwood…
    Il chante Apollon (Orfeo de Monteverdi) à Versailles et Avignon, Fairy Queen de Purcell à Lyon, Schaunard (La Bohême), Le Docteur Miracle à Nancy, Monterone (Rigoletto), Le Maharadjah (L’Amour Masqué), Mercutio (Roméo et Juliette), Silvano (Ballo in Maschera), Capitaine Harris (Passionnément de Messager) et Le Chevalier de Prokesch-Osten (L’Aiglon) à l’Opéra de Tours, ainsi que Le Renard à la Cité de la Musique.
    Plus récemment, il interprète le rôle de le Dancaïre (Carmen), Simone (Il Trittico), Baron Douphol (La Traviata) Agamemnon (Belle Hélène) à l’Opéra de Tours, Apollon (Orfeo) à l’Opéra de Massy, à l’Opéra de Tours le Commissaire (Madama Butterfly) à l'Opera de Tours et à l'Opera de Reims.

Ronan Nédélec

    Anne-Sophie Neves commence l'étude de la flûte traversière à l'âge de 8 ans au conservatoire du 19ème arrondissement de Paris dans la classe d'Anne Giquet.

    Elle suivra ensuite l'enseignement de Marc Honorat au conservatoire du 10ème puis au CRR de Boulogne Billancourt avec Céline Nessi et au CRR de Paris dans la classe de Claude Lefebvre.

    Après avoir obtenu plusieurs prix de flûte traversière elle décide de se spécialiser en piccolo dans la classe de Pierre Dumail au CRD de Clamart tout en continuant de se perfectionner à la flûte auprès de Michel Moraguès.

    En 2005 elle obtient son D.E de professeur de flûte.

    En 2007 elle est nommée Piccolo solo de l'Orchestre des Concerts Pasdeloup.

    En Octobre 2014 elle réussi le concours de Piccolo Solo de l'Orchestre Philharmonique de Radio France.

    Avant d'intégrer l'Orchestre Philharmonique de Radio France elle a été musicienne supplémentaire à l'Orchestre Symphonique Région Centre Tours, à l'Orchestre National de France, Orchestre Philharmonique de Strasbourg et à l'Orchestre de l'Opéra de Paris.

    Elle a participé à de nombreux festivals tel que : Pontlevoy, Saint Riquier, Agora 2009, La Côte Saint-André, La folle journée de Nantes, Montpellier, Les Chorégies d'Orange...

    Et à plusieurs tournées à l'étranger où elle a été amenée à jouer en orchestre, notamment au Concertgebouw d'Amsterdam sous la direction de Bernard Haitink, au Musikverein et au Konzerthaus de Vienne, à la Philharmonie de Berlin, à la Philharmonie de Cologne, à la Philharmonie Gasteig de Munich, dans la grande salle du Conservatoire Tchaïkovsky à Moscou sous la direction de Myung Whun Chung et Mikko Franck et prochainement en Corée du Sud et en Chine sous la direction de Mikko Franck.

    Depuis 2005 elle enseigne la flûte traversière au Conservatoire Mozart du Centre de Paris.

Anne-Sophie Neves

    Né le 2 Juin 1983, Jérémy Pasquier commence le violon à l’âge de 5 ans. A 17 ans, il choisit de s’orienter vers l’alto et poursuit ses études dans la classe de Sabine Toutain au CNSM de Paris. Il en ressort avec un prix mention très bien. Depuis, il a participé à de nombreux festivals, Pablo Casals à Prades, Radio France Montpellier, Clairvaux, Jeunes Talents, les musicales de Bagatelle, ou encore le festival Musiques au cloître à Nîmes, où il a rencontré des artistes tels que Jean-Bernard Pommier, Claire Désert, Emmanuel Strosser, Roland Pidoux et Philippe Muller.

    Dans la jeune génération, il a joué avec Julien Szulman, François Dumont, Pierre Chalmeau, Sietse-Jan Weijenberg, Ji-Yoon Park, David Galoustov, ou encore le flûtiste Matthieu Gauci Ancelin.

     En soliste, il s’est produit dans la symphonie concertante de Mozart, dans le concerto de Bélà Bartòk, sous la direction de Pierre-Michel Durand mais également dans le Lachrymae de Britten à la salle Pleyel, dans le cadre des concerts des Jeunes interprètes.

     Pour la radio, Gaëlle Le Gallic lui a consacré une émission « Dans la Cour des Grands » diffusée sur France Musique où il s’est associé à la pianiste Paloma Kouider, la violoniste Elsa Grether et le clarinettiste Olivier Patey.

    Jérémy Pasquier est membre du Trio à Cordes Jacob, aux côtés de Sarah et Raphaël Jacob, avec lequel il se produit régulièrement.

Depuis 2008, il est lauréat de la fondation d’entreprise Banque Populaire, et révélation classique de l’Adami.

    Il joue un alto de Pietro Giovanni Mantegazza fait à Milan en 1796.

Jérémy Pasquier

    Sa mère, harpiste classique, l’initie au solfège et lui fait apprendre le piano classique.

    Cependant, dès l’âge de 15 ans , son père clarinettiste de jazz  l'imprègne du style des pianistes traditionnels et il acquiert les fondements de cette musique.

    Études musicales  au lycée de Sèvres et obtention en 1981 de  son Brevet de Technicien  des métiers de la musique

    Débute sa carrière de musicien dans  les clubs de jazz parisiens et  les pianos-bars

    Des musiciens de jazz “classique”  comme Maxim Saury et Stéphane Guérault  le sollicitent régulièrement.

    Ces diverses activités ne l’empêchent pas de se perfectionner et  d’aborder l’écriture (Schola Cantorum, conservatoire de St-Maur).

    Son attirance pour  un langage plus moderne  se concrétise avec son trio  pour lequel  il met à profit son goût pour l’arrangement.

    Cette  nouvelle vocation l’incite à prolonger son trio en quintet.

    Deux disques-compacts sont publiés,  sous son nom,  et  reçoivent des  critiques favorables.

    Cette orientation vers un jazz plus moderne l’amène à jouer avec  J.L.Longnon et des américains de passage  (Valéry Ponomarev, Turk Mauro,Anne Ducros.)

    Et c’est dans cette optique qu’il continue de  travailler en réalisant des arrangements pour petites et grandes formations.

    Il s’intéresse aussi à l’enseignement et  dirige la classe du Conservatoire de Troyes et  de la classe de piano d’Issy-les-Moulineaux.

Ludovic de Preissac

    Éléonore est née le 18 décembre 1996 à Montpellier. Elle découvre le théâtre grâce à l’option de son lycée et intègre par la suite le Conservatoire Régional d’Art Dramatique de Tours en parallèle d’une L1 Lettres Modernes Parcours Arts du spectacle. 

    En 2015, elle décroche le rôle d’Armelle dans l’épisode 3 de La Loi d’Alexandre aux côtés de Gérard Jugnot. 

    En 2016, elle intègre les Cours Florent à Paris. Par la suite, elle sera assistante écriture et mise en scène sur Il faut être patient, création de Julie Lavergne autour d’Auguste Rodin. 

    Pendant l’été 2018, Éléonore interprétera le rôle de la narratrice dans la création inspirée du roman Neige de Maxence Fermine, et mis en scène par Mario Gonzales. 

    Enfin, en novembre 2018, elle rejoint la Compagnie Pièces sur Mesure autour d'une adaptation de Macbeth par Théodore Piat. 

Éléonore Seguin

    Valentine Tourdias-Becker commence ses études musicales dans la ville du Mans, puis au Conservatoire National de Région de Caen, avant d’entrer à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, dans la classe de Jean Estournet. Elle y obtient en 2002 ses premiers prix de violon et de musique de chambre. Durant sa formation, elle a pu travailler auprès de violonistes de renom, tels Jean-Jacques Kantorow, Gérard Poulet ou encore Roland Daugareil. Elle continue son cursus au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, en musique de chambre puis en formation à l’enseignement.

    Elle est membre depuis 2005 du Trio Consuelo (trio avec piano) avec Olivier-Marc Becker et Maxime Hochart, formation avec laquelle elle reçoit de nombreuses distinctions ainsi que des prix nationaux ou internationaux.

    Parallèlement, elle a collaboré avec divers orchestres, sous la direction notamment d’Emmanuel Krivine, Marek Janowski, Ivan Fischer ou encore Myung-Whun Chung.

    Elle est invitée à se produire en soliste lors de différentes manifestations ou festivals, et en musique de chambre dans différentes formations.

    Titulaire du Certificat d’Aptitude à l’enseignement, Valentine Tourdias-Becker enseigne au Conservatoire Francis Poulenc de Tours depuis 2012.

Valentine Tourdias-Becker

Séverin Treille, après des études musicales dans les conservatoires nationaux supérieurs de Lyon et Paris, exerce depuis une quinzaine d’années l’enseignement en conservatoire (écriture, musique de chambre, déchiffrage, classes d’orchestres et en tant qu’accompagnateur au piano) et mène en parallèle des activités de concerts ainsi que la réalisation d’arrangements, des transcriptions ou compositions d’oeuvres. Il réalise entre autres des commandes pour les Editions A Coeur Joie. Après avoir travaillé en région parisienne, notamment au conservatoire de Saint-Maur des fossés, il concentre aujourd'hui ses différentes activités à Tours et à Poitiers, au sein des Conservatoires de musique, à l’opéra de Tours (parties de piano et célesta à l’orchestre, pianiste pour les choeurs), avec l'Ensemble Vocal Universitaire, etc. En Touraine, il travaille également dans le cadre du festival 37 degrés à l’ombre et a fondé récemment un choeur de chambre, l’ensemble In Corde dont il assure la direction artistique.  

Séverin Treille